Champions les juniors!


Champions les juniors!

Finale Juniors Régional 1 Occitanie entre l'UAG et le TUC

score : UAG   27     TUC   23

évolution du score :  0/3 - 3/3 - 3/6 - 3/9 - 6/9 - 13/9 MT 20/9 - 27/9 - 27/16 - 27/23

équipe UAG : Axel Bouni/Lukas Hernandez/ Alex Mandirac/ Marc Sinimalé/ Benjamin Malignon

Alfred Maugeais/ Germain Pastor/ Louis Irissou/ Romain Cloup(m)/ Nicolas Jeantou (0) Noé Nonga Ibaa

Thibault Hérin/ Théo Arru/ Mostafa Hamidi/ Louis Aué / rempl : Mathias Viguier/ Gilian Labeuche

Hugo Massoutier/ Helwan Kherchiche/ Guillaume Marciacq/ Baptiste Monsna/ Martin Calmettes.

pour l"UAG :  trois essais transformés , deux pénalités

pour le TUC : deux essais transformés trois pénalités

marqueurs d'essais ; un essai de pénalité, Louis Aué, Romain Cloup

transformations et pénalités : Louis Aué

Ils l'ont fait. Nos juniors Gaillacois sont champions. Devant les nombreux supporteurs qui se sont déplaçés à CASTANET, nos valeureux juniors ont rendu une parfaite copie du match bien maîtrisé même si, durant les dernières minutes, les Tucistes jettent leurs dernières forces en réalisant deux essais.

En première M T , les finalistes se rendant coup par coup se départagent, grâce à des pénalités, (6/9) puis intervient le premier tournant du match. La flèche Gaillacoise, Noé Nonga Ibaa, file le long de la touche , délivre un coup de pied à suivre et se fait plaquer sans ballon par deux Tucistes. L'arbtre de touche intervient et un accord avec l'arbitre du champ donne un essai de pénalité à GAILLAC. (13/9). La M T est sifflée sur ce score.

En deuxième M T, nos juniors, pied au plancher, bousculent les Tucistes et sont récompensés par deux magnifiques essais de Louis Aué et de Romain Cloup. (27/9). Une défense de fer repousse les assauts des Tucistes. Arrivent les dernières minutes, la chaleur commence à user les organismes, les crampes font leur apparition. C'est moment que choisissent les Tucistes pour donner un dernier coup de collier en plantant deux essais. Heureusement, l'arbitre la fin de partie et on peut imaginer la joie immense des Gaillacois.

Revenir à tous les articles